Figuration libre : “la provocation pour méthode”

Les années 1980 nous ont laissé beaucoup de références et continuent à influencer des artistes d’aujourd’hui.

Pensez à la série Stranger Things, qui reprend des codes des années 1980… une vrai reconstitution de l’époque : les vêtements, les coiffures, les objets… et surtout la musique !
Ajoutons aussi le punk, le Street Art et “un contexte de remise en cause d’un art conceptuel” et ça nous met en ambiance, car c’est à peu près la même époque (fin des années 70, début années 1980) où l’on trouve la Figuration libre, “une peinture qui se caractérise par le non-respect de règles classiques, l’utilisation de matériaux divers et de couleurs discordantes”.

En 2015 le Musée Paul Valéry à Sète a présenté une exposition sur ses origines et c’est nous qui avons fait le catalogue (“La Figuration Libre. Historique d’une aventure”, éditions midi-pyrénéennes ), qui réunit des œuvres de Combas, Di Rosa, Blanchard et Boisrond, Jean-Michel Basquiat, Keith Haring…
Une occasion d’apprendre beaucoup sur “le parcours de ce mouvement sur les plans national et international” et “les contextes dans lesquels se sont déroulées les différentes expositions” de la première moitié des années 1980.

On vous montre quelques pages du livre… Merci le Musée Paul Valéry !

Sources / citations :
“La Figuration Libre. Historique d’une aventure”, éditions midi-pyrénéennes

idherault.tv

art-montpellier

2017-12-06T12:07:46+00:00